TGV 1

 

l’air fume au bord des branches nues un ciel bas

fait croire aux yeux qu’ils voient enfin la matière

qu’est-ce que l’espace entre les doigts ouverts

un clocher cloue dans la vue un point d’histoire

forêt puis blé vert un reste de soleil

quelques vaches posées comme pierres blanches

un pont un verger une lampe précoce

le jour hésite à lâcher le bord du monde

il doit prendre déjà de l’autre côté

tel un vieux drap revenu de trop d’amours

un ralenti fait découvrir des gentianes

un talus au taillis piqueté de rouge

deux crétins cravatés parlent de surcoût

d’homme interface et d’avant-de-voir-faut-voir

l’horizon bleuit pour s’offrir à la nuit

un coup de poing lumineux crève un instant

la vapeur noire et joue à l’éclat divin

il y a une beauté désespérante

quelque chose au bout comme un dernier cadeau

quand la vie se retire en laissant à sec

la pincée de rien qui lui donnait du goût

 

 

TGV 2 : "Paris-Nantes"

 

rangs de buissons tertre et brouillard-rideaux

tirés tout le long du trajet vers Le Mans

l’actualité nous étouffe respirons

c’est une affiche dans le petit soleil

soudain tombé de haut sur un quai de gare

puis terres basses et fantômes de pommiers

dans le retour du brouillard champs d’herbes mortes

un tas de sacs blancs au milieu d’un pré vert

un troupeau de limousines un lac terreux

la tête mange les images et se tait

cela met en elle un silence léger

qui parfois se réfléchit lui-même afin

de saisir le va-et-vient de la vision

une foule d’arbres se lave les pieds

dans un champ d’eau grise couvert de buée

 

 

TGV 3 : "TGV"

 

la nuit vient lente et grise un virus en air

le regard cherche à sentir son invasion

une fumée trois maisons un trait de neige

comment voir la pénétration de l’image

son reflux quand les mots la jettent dehors

mais rien et rien et rien un rond de lumière

quelques formes à peine vues dans la vitesse

langue balayée par la ventée du temps

le noir a déjà imbibé tout l’espace

chaque chose ainsi réduite à sa fumée

la solitude s’étend sur la fenêtre

 

 

extraits de "TGV" in Le Reste du voyage, POL, 1999

TGV 1

 

l’aria fuma al bordo di rami nudi un cielo basso

fa credere agli occhi di vedere finalmente la materia

che è lo spazio tra le dita aperte

un campanile inchioda un punto di storia nella vista

foresta poi grano verde un resto di sole

delle vacche posate come pietre bianche

un ponte un frutteto una lampada precoce

il giorno esita a lasciare il bordo del mondo

deve prendere già dall’altro lato

come un vecchio lenzuolo riavutosi da troppi amori

un ralenti fa scoprire genziane

una scarpata boscosa picchiettata di rosso

due cretini cravattati parlano di sovracosto

d’uomo interfaccia e di prima-di-vedere-bisogna-vedere

l’orizzonte si fa blu per offrirsi alla notte

un colpo di pugno luminoso crepa un istante

il vapore nero e gioca al fulgore divino

c’è una disperante bellezza

qualcosa al margine come un ultimo regalo

quando la vita si ritira lasciando a secco

il pizzico di niente che le dava gusto

 

 

TGV 2 : “Parigi-Nantes”

 

ranghi di cespugli poggio e tende-nebbia

tirate lungo tutto il tragitto verso Le Mans

l’attualità ci soffoca respiriamo

è un manifesto nel piccolo sole

caduto di colpo dall’alto su un marciapiede di stazione

poi bassi terreni e fantasmi di meli

campi d’erbe morte nella nebbia che torna

un mucchio di sacchi bianchi in mezzo a un prato verde

un branco di limousine un lago terreo

la testa mangia le immagini e tace

questo le lascia un silenzio leggero

che talvolta si riflette in sé stesso

per afferrare il va e vieni della visione

una folla di alberi si lava i piedi

in un campo d’acqua grigia coperto di vapori

 

 

TGV 3 : “TGV”

 

la notte arriva lenta e grigia un virus nell’aria

lo sguardo cerca di sentire  la sua invasione

un fumo tre case un tratto di neve

come vedere la penetrazione dell’immagine

il suo riflusso quando le parole la gettano fuori

ma niente e niente e niente un cerchio di luce

qualche forma appena intravista nella corsa

lingua spazzata via dalla ventata del tempo

il nero ha già imbevuto tutto lo spazio

ogni cosa ridotta così a un fumo

la solitudine si spande al finestrino

 

 

tratto da “TGV” in “Le Reste du Voyage” POL 1999

Tutti i diritti riservati

Trad. G.Cerrai 2006

torna al blog